En Espagne, la Sainte Vierge a droit à ses médailles

Imaginez un instant le Conseil Constitutionnel se penchant sur la question suivante : l’administration peut-elle donner la légion d’honneur à la Sainte Vierge ? Imaginez la tête que ferait Laurent Fabius ou Lionel Jospin ! C’est pourtant la question à laquelle devra très sérieusement répondre l’équivalent espagnol de notre Conseil, la Cour Constitutionnelle, dans les mois à venir.

Comment en est-on arrivé là à Madrid ? En 2012, le ministère de l’Intérieur décerne à la Très Sainte Vierge de l’Amour de Malaga la médaille d’or du mérite policier. Aussitôt une association laïque porte plainte au prétexte qu’en Espagne, comme en France, l’Etat est réputé aconfessionnel.

En Espagne, on décerne des médailles à la Vierge tout le temps ! D’ailleurs, malgré cette plainte, le ministre de l’Intérieur espagnol ne s’est pas arrêté en si bon chemin : il a récidivé en 2015 en accordant les mêmes honneurs à la Vierge du Pilar, à Saragosse, pour ne pas faire de jalouses.

Si ce n’était que des médailles, ça irait encore. Mais, en Espagne, les vierges ne se contentent pas d’être baladées dans les rues pendant la Semaine Sainte : elles sont aussi couvertes d’honneurs, civils et militaires. Le moins que les espagnols puissent faire, c’est de les nommer maire perpétuelles de la ville qui les accueille. C’est le minimum. Il y a ainsi 85 Vierges élues à l’unanimité de leur conseil municipal et qui ont reçu solennellement le bâton de commandement.

Par exemple, Notre Dame des Rois, à Séville, est maire perpétuelle de la ville, avec clés d’or, mais ce n’est pas tout ! Elle est aussi capitaine générale des forces armées espagnoles !. Comme une quinzaine d’autres Vierges Marie dans le pays. Il faut savoir que « capitaine général », ce n’est pas n’importe quel grade : c’est celui du roi d’Espagne. Autrement dit, lorsqu’on déclare la guerre à l’Espagne, on a sur le dos des chars, des avions de chasse, des destroyers et les terrifiantes vierges espagnoles. Mais visiblement les temps changent et pour une partie de la population, ce qui était une tradition centenaire, mais aussi un peu franquiste, comme la corrida d’ailleurs, est devenu insupportable. D’où cette plainte inédite devant les juges constitutionnels.

Print Friendly, PDF & Email

También te podría gustar...