Intervención de Jean Sébastien Pierre, presidente de la FNLP, en la jornada de Madrid del 9D

Chers Camarades, Ami(e)s,

La Libre Pensée Française est heureuse et fière de participer à cette Journée du 9 décembre avec nos camarades d’Europa Laïca et l’AILP. Le 9 décembre qui n’est pas férié chez nous est également une date chère aux laïques et aux Libres Penseurs, puisque c’est le jour où a été promulguée la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905. Comme la rapporté Paco Delgado, cette loi définit juridiquement la laïcité en France, elle est constitutionnelle, ce qui n’empêche pas qu’elle soit contestée, attaquée, contournée et parfois violée.

Au nombre de ces attaques, nous connaissons depuis plusieurs années une opération de reconquête menée par des personnalités élues de la droite catholique : Présidents de Conseils départementaux comme en Vendée, maires comme à Melun, Bézier, Henin-Beaumont, Publier en Savoie, Ploermel en Bretagne et maintenant Tréguier également en Bretagne : statues monumentale de la Vierge où du Pape JPII, de la Vierge des granitiers sur la voie publique. Installations de crèches de noël catholiques dans les mairies et autres bâtiments publics.

A chaque fois les fédérations locales ont attaqué ces délits en justice et obtenus des jugements contradictoires, certains tribunaux ayant donné raison aux autorités coupables. Or, l’article 28 de la loi de 1905 interdit strictement l’installation d’emblèmes religieux dans les lieux publics.

Devant ces jugements iniques, nous avons porté la question devant la plus haute juridiction du pays, le Conseil d’Etat (qui juge les juges) et nous avons gagné !

Les jugements de Melun et de Vendée ont été cassés, les autorités responsables condamnées chacune à payer 3000 euros à la Libre Pensée. Le Conseil d’Etat rappelle la règle dans les bâtiments publics : l’interdiction des crèches comme symboles religieux dans les bâtiments publics et leur caractère temporaire sur la voie publique.

Ce jugement a suscité diverses réactions. L’extrême droite a vilipendé le Conseil d’Etat comme renonçant aux racines chrétiennes de la France et frayant la voie aux musulmans. d’autre part, certains laïques font la fine bouche à cause des dérogations limitées admises par le Conseil d’Etat et affirment que la LP n’a rien gagné. Enfin, l’Eglise de France, dans un mouvement de retrait prudent, a fait savoir que l’installation des crèches dans les mairies « n’était pas une de ses revendications ».

Dans la foulée, on assiste en France à une reconstitution considérable du mouvement laïque qui avait été littéralement émietté et affaibli durant les trente dernières années. Après plusieurs réunions importantes comme le grand meeting du 5 décembre 2015, à Paris, nous avons animé un appel de personnalités laïques autour de 100 signataires parmi lesquels évidemment, des responsables de la Libre Pensée, de la Ligue de l’Enseignement, de la Ligue des Ddroits de l’Homme, de l’Union Rationaliste, des responsables pacifistes et antimilitaristes des Francs-maçons de haut rang, et des responsables syndicaux majeurs : CGT, CGT-FO, FSU, et de jeunesse UNEF, FIDL, et plus récemment UNSA et FCPE.

Cette initiative est un vrai raz de marée : 3600 signatures en 2 jours, publication dans plusieurs journaux et organes de presse : L’Humanité, Mediapart et … La Croix, qui marque ainsi l’importance de l’événement.

Dans quelques jours il y aura deux sortes de laïques en France : ceux qui l’ont signé et ceux qui ne l’ont pas signé. Ce sera une classification essentielle.

Et comme l’ont souligné divers camarades aujourd’hui, la laïcité, la séparation, sont des problèmes mondiaux. Ceci est profondément juste et fonde les campagnes mondiales de l’AILP.

L’appel adopté par le Congrès de Montevideo appelle à combattre tout financement public des religions dans tous les pays. En tant que Fédération Française, nous approuvons hautement cette campagne et nous voyons à quel point elle rejoint nos préoccupations.

Le meeting laïque que nous avons réalisé le 5 décembre 2015 à Paris, et qui a été le creuset de l’appel des laïques dont je vous ai entretenu il y a quelques instants, avait pour base la revendication d’abrogation de la loi Debré, la loi qui permet depuis 1959 à l’Etat de financer l’enseignement privé – à 97 % catholique – à hauteur de 10 milliards d’Euros par an. Ce combat est aussi conforme à l’appel de Montevideo. C’est, aussi, sous d’autres formes, le vôtre, et l’association des mairies laïques d’Espagne représente un grand espoir.

Tous ces éléments, et d’autres, vont émerger de la journée d’aujourd’hui, permettant de préparer comme un événement mondial, le 7ème congrès plénier de l’AILP de Paris en septembre 2017. Il va nous permettre de préciser notre action mondiale, de démultiplier nos campagnes internationales et nationales, et d’affirmer la force de l’union que nous avons forgée tous ensemble, celle des associations actuellement membres de l’AILP et de bien d’autres, laïques, Athées, Libres Penseurs, Humanistes, qui collaborent, nous observent, partagent tout ou partie de nos préoccupations.

Vive la journée du 9 décembre que nous vivons aujourd’hui !

Vive l’Association Internationale de la Libre Pensée !

Print Friendly, PDF & Email

También te podría gustar...