One School System Network» Rally

Internveción de Richard G.L. Thain portavoz de Secular Ontario

The Centre for Inquiry (CFI) www.cficanada.ca/ontario and the Canadian Secular Alliance join Humanist Canada, the Canadian Centre for Progressive Christianity, Education Equality in Ontario, Civil Rights in Public Education, Homa Arjomand of International Campaign Against Sharia, the Canadian Hindu Advocacy, Muslim Canadian Congress, Frank de Jong (former pres of the Green Party of Ont), Secular Ontario, Gilles Arpin (former trustee – French Public), civil rights, trustee and teacher associations, and other member groups of the vast One School System Network (OSSN) to demand the end of the descriminatory, wasteful, anti-secular and UN-reprimanded tax-payer funded separate Roman Catholic school system ! This event will take place on the first day of a two-day international summit on education "The Building Blocks for Education : Whole System Reform" held by the Ontario Ministry of Education. This is an ideal opportunity to, in front of the world, demand action from our government.

Speech : Dr Richard G L Thain, spokesperson for Secular Ontario

http://www.secularontario.ca

Thank you Ms. Ayala.

Good afternoon everyone.

Secular Ontario’s purpose is to promote and encourage harmony among the province’s diverse communities of religions, ideologies, and cultures.

Secular Ontario supports the OSSN’s efforts to establish one publically-funded school system comprised of French and English school boards. Secular Ontario supports the OSSN because the public school system must exemplify true democratic principles that recognize a pluralistic society. It must be open to all students without exception and have no restrictive hiring or promotion practices.

I have been asked to say a few words as a parent and taxpayer whose two daughters attended French language Roman Catholic primary and secondary separate schools in our town, east of Ottawa. There are 4 school boards in our area : French public, English public, English Catholic and French Catholic. When we moved to Embrun in 1982 there were 2 schools in town, French catholic separate primary and French public secondary. We decided to send our daughters to the local separate elementary school, as we didn`t want them to be bussed daily, all the way into Ottawa, to attend the nearest French public school. Some children had to do that.

In 1987, with Bill 30 in effect, the French public high school was converted to a “publicly funded separate RC high school”. Again some students were bussed out of town. It just did NOT SEEM FAIR that Ontario had two classes of citizens based on religion. I shared my views with Roman Catholic friends, neighbours and teachers about the inequitable division of the school system, how the status quo was, so very wrong and that this appalling, government-funded hierarchy of citizenship had to go. Some teachers at the primary and secondary separate Roman Catholic schools admitted to me privately, they agreed, the duplication of school systems was unfair, a relic of the past and a waste of taxpayers’ money, however they were afraid to speak out, for fear of losing their jobs. Norm Sterling, the MPP who spoke against Bill 30 had a similar experience. Listen to what a Roman Catholic educator told Sterling in confidence. I quote from Norman Sterling’s speech in the Ontario Legislature, as recorded in Ontario Hansard June 30, 1986 : “Bill 30 clearly discriminates in favour of one religious group over all other religious groups. As a director of a separate school board said to me one or two months ago, ‘anyone who says this legislation does not discriminate does not know what Bill 30 is all about’."

There is something profoundly wrong in Ontario, if educators, OF ALL PEOPLE ! are afraid to publicly endorse the most basic human rights principle : that a state must not tolerate, let alone finance !, religious discrimination.

One of our daughters earned her Bachelor’s degree (U of Ottawa) with a specialization in religious studies and then a Bachelor of Education degree. Genevieve is now a teacher. She is not a practising Roman Catholic, which means that in McGuinty’s Ontario, the government is telling me, that my daughter is "less equal" in dignity and rights than her Roman Catholic colleagues. (pause)

This is unconscionable ! (pause)

I have a message for all Ontario politicians : My daughter is NOT "less equal !"

My daughter — along with all these sincere Ontario citizens who came to this rally today to support the fundamental human rights principle of equality — have MORE dignity and MORE decency in the tips of their little fingers, than all the politicians, who mutely stand around with their hands in their pockets and shirk their responsibilities !

Geneviève now teaches high school in Gatineau, QC. If Ontario’s politicians were to take one of the courses she is teaching, ("Ethique et cultures religieuses") "Ethics and Religious Culture", they might just learn something ! They might just learn that “all human beings are born free and equal in dignity and rights.”

In HER class, "human rights"… and "equality"… and "fairness"… actually mean something !

If we Ontarians were asked to design a school system today—in light of modern human rights principles and concepts of social justice —and we recommended one, like the one we have now, it would appear to have been designed by NINCOMPOOPS !

We ALL pay the same taxes ! We ALL bear the same tax burden !… however, only those of the CORRECT FAITH are guaranteed a publicly-funded school choice for their kids AND have guaranteed access to ALL of… (not just 2/3 of…) publicly-funded teaching positions. (Unless you are a gay or lesbian Roman Catholic, of course… but that is another story.)

I sincerely hope that the education leaders who are attending the the international Building Blocks for Education summit, will not emulate in THEIR countries, the pathetic situation WE have been enduring, here in Ontario.

If international educators are deciding which "Building Blocks" would be worthy and useful, on which to establish their education systems, I propose they choose values of FAIRNESS, EQUALITY, HUMAN RIGHTS and FISCAL RESPONSIBILITY !… rather than the FOOLISHNESS we espouse here in our province !

We have been too quiet for too long. It is time to speak up ! Being polite does not resolve anything ! Politicians have been avoiding this issue like the plague for decades, so it is up to us to force this issue onto the public agenda and bring Ontario into the 21st century.

With your support, TODAY marks the beginning of a sustained effort to build one strong publically-funded school system where one class of citizens does not have more privileges than others.

Ladies and gentlemen, Mesdames et Messieurs, TODAY marks the birth of Ontario’s “UnQuiet Revolution.”

Thank you.

(hold up a copy of "Not Carved in Stone" and intoduce and thank its author, the indefatigable activist, Renton Patterson, founding president of "Friends of Public Education")

Dr Richard G L Thain, spokesperson Secular Ontario


Discours du Dr Richard G L Thain, porte-parole de Secular Ontario 

http://www.secularontario.ca 

Merci Mme Ayala.

Bonjour Mesdames et Messieurs,    L’objectif de Secular Ontario, c’est de promouvoir et d’encourager la concorde parmi les différentes communautés de religions, d’idéologies et de cultures de la province.   Secular Ontario appuie les efforts de l’OSSN [One School System Network- Réseau pour un système scolaire unique] afin de mettre en place un seul système d’enseignement public, établi sur une base linguistique, francophone et anglophone.   Secular Ontario appuie l’OSSN parce que le système d’enseignement public se doit de donner l’exemple de principes démocratique reconnus par une société pluraliste. Il se doit d’être accessible à tous les étudiants sans exception et ne doit pas faire preuve de favoritisme pour la sélection ou la promotion de son personnel.   Secular Ontario soutient les efforts accomplis par l’OSSN pour instaurer un seul système scolaire financé par des fonds publics composés de directions francophones et anglophones. Secular Ontario apporte son soutien à l’OSSN parce que le système scolaire public doit montrer l’exemple des véritables principes démocratiques qui reconnaissent une société pluraliste. Ce systèmes scolaire doit être ouvert à tous les élèves sans exception et ne doit pas avoir de limites de recrutement des personnels ni de pratiques de promotion.   On m’a demandé de dire quelques mots en tant que parent d’élève et en tant que contribuable dont les deux filles ont fréquenté les écoles catholiques séparées [au Canada, les écoles « séparées » sont des écoles confessionnelles, financées par des fonds publics- NdT] primaires et secondaires de langue française, dans notre ville à l’est d’Ottawa. Il y a 4 directions scolaires dans notre secteur : l’école publique française, l’école publique anglaise, l’école catholique anglaise et l’école catholique française. Quand nous avons emménagé à Embrun en 1982, il y avait 2 écoles en ville, l’école primaire catholique séparée et l’école publique secondaire. Nous avons décidé d’envoyer nos deux filles à l’école élémentaire séparée située près de chez nous, parce que nous ne voulions pas qu’elles prennent les transports scolaires tous les jours pour se rendre à Ottawa pour fréquenter l’école française publique la plus proche. Certains enfants ont été obligés d’emprunter les transports scolaires.

En 1987, avec l’application de la Loi 30, le collège français public est devenu un « collège catholique séparé financé par des fonds publics ». De nouveau quelques étudiants ont dû emprunter les transports scolaires pour aller en dehors de la ville.

Il n’apparaissait PAS DU TOUT EQUITABLE que l’Ontario puisse avoir deux classes de citoyens fondées sur la religion. J’ai fait connaître mon point de vue à mes amis catholiques, à mes voisins et aux professeurs sur la division inéquitable du système scolaire, et en quoi le statu quo était très néfaste et que cette hiérarchie aberrante entre les citoyens, financée par le gouvernement, devait disparaître. 

Certains enseignants des écoles catholiques séparées, primaire et secondaire, m’ont dit en privé qu’ils étaient d’accord avec moi et que la duplication des systèmes scolaires était injuste, c’était un vestige du passé et un gaspillage de l’argent des contribuables, cependant ils avaient peur de s’exprimer ouvertement, de crainte de perdre leur emploi. Norm Sterling, le député provincial qui a dénoncé la Loi 30, a vécu une expérience similaire. Ecoutez ce qu’a dit à Sterling à titre confidentiel un enseignant catholique. Je cite le discours de Norman Sterling à l’Assemblée Provinciale de l’Ontario, tel qu’il est reproduit dans l’Ontario Hansard du 30 juin 1986 : « la Loi 30 établit clairement une discrimination en faveur d’un groupe religieux par rapport à tous les autres groupes religieux. Comme me l’a expliqué il y a un mois ou deux le directeur d’une école séparée « ceux qui disent que cette réglementation ne fait pas de discrimination ne savent pas de quoi il est question avec la Loi 30. » Il y a quelque chose qui ne va vraiment pas en Ontario, si les enseignants, SURTOUT EUX ! ont peur de souscrire publiquement au principe le plus élémentaire des Droits de l’Homme : à savoir qu’un Etat ne doit pas tolérer, pour ne pas dire financer !, la discrimination religieuse.

L’une de nos filles a obtenu sa licence (de l’Université d’Ottawa) avec une spécialisation en études des religions et ensuite une licence d’enseignement. Geneviève est maintenant enseignante. Elle n’est pas catholique pratiquante, ce qui signifie que dans l’Ontario McGuinty, le gouvernement me dit que ma fille est “moins égale” en dignité et en droits que ses collègues catholiques. (pause).

Cela dépasse l’entendement ! (pause)

J’ai un message pour tous les élus politiques de l’Ontario : ma fille N’EST PAS “moins égale” !

Ma fille, et tous les citoyens sincères de l’Ontario qui sont venus à ce rassemblement aujourd’hui pour soutenir le principe d’égalité, fondamental des Droits de l’Homme, ont PLUS de dignité et PLUS de décence au bout de leur petits doigts que tous les élus politiques qui mettent la main à la poche sans dire un mot et fuient leurs responsabilités !   Geneviève enseigne maintenant en lycée à Gatineau, à Québec. Si les élus politiques de l’Ontario assistaient à l’un des cours qu’elle donne, "Ethique et cultures religieuses", ils pourraient apprendre quelque chose !

Ils pourraient apprendre que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ».

Dans son cours à elle, « les Droits de l’Homme »…et « l’égalité » …et « l’équité », ça veut dire quelque chose ! 

Si l’on nous demandait à nous, citoyens de l’Ontario, de concevoir un système scolaire d’aujourd’hui – selon les principes modernes des Droits de l’Homme et des concepts de justice sociale – et si proposions un système comme celui que nous avons maintenant, ce système apparaîtrait comme conçu par des IMBECILES !

Nous payons TOUS les mêmes impôts ! Nous supportons TOUS le même poids de l’impôt ! et pourtant, seuls ceux qui sont de la BONNE RELIGION se voient garantir le choix d’une école financée par des fonds publics pour leurs enfants ET ils ont la garantie de pouvoir accéder à TOUS (et pas seulement les deux tiers) les postes d’enseignants payés par des fonds publics. (Sauf si vous êtes un catholique homosexuel ou une lesbienne catholique, bien entendu…mais c’est une autre histoire).

J’espère sincèrement que les responsables de l’enseignement qui assistent au sommet international Building Blocks for Education [Etablir des Fondations pour l’Enseignement] ne vont pas faire la promotion dans LEURS pays de la situation pathétique que nous subissons, ici dans l’Ontario.

Si les enseignants au plan international décident de savoir quelles « fondations » seraient utiles et valables sur lesquelles ils pourraient établir leurs systèmes scolaires, je propose qu’ils choisissent les valeurs d’EQUITE, d’EGALITE, des DROITS DE L’HOMME et de RESPONSABILITE FISCALE …plutôt que celles de la STUPIDITE que nous avons ici dans notre province !

Nous sommes restés silencieux trop longtemps. Il est temps de nous exprimer ! Etre poli ne résout rien ! Les élus politiques ont fui cette question comme la peste, pendant des lustres, c’est donc à nous de les contraindre à mettre cette question sur la place publique et faire entrer l’Ontario dans le 21ème siècle.

Avec vote soutien, le jour d’AUJOURD’HUI marque le début d’un mouvement durable pour construire un système scolaire solide financé par des fonds publics, dans lequel une classe de citoyens n’a pas plus de privilèges que les autres.

Mesdames et Messieurs, CE JOUR marque la naissance de la « Révolution pas tranquille » de l’Ontario.

Merci beaucoup.

(il tend un exemplaire de « Ce n’est pas inscrit dans le marbre » et présente et remercie son auteur, le militant infatigable Renton Patterson, président fondateur des « Amis de l’Enseignement Public » [Friends of Public Education])

Dr Richard G L Thain, porte-parole de Secular Ontario 

www.secularontario.ca 

Print Friendly, PDF & Email

También te podría gustar...